21 questions en 2021

Edil Kassim

Stratège De La Main D'Oeuvre

1. Quels sont les trois mots que vous utiliseriez pour vous décrire?  

Intuitive, nuancée, expressive

2. Quelle est la chanson que vous écoutez le plus actuellement?  

3. Quel est votre parcours scolaire? 

- Licence en Sciences Politiques et Anthropologie avec mention – Université de Toronto
- Master en Sciences en Politique Comparée (Nationalisme et Ethnicité) – London School of Economics

4. Pouvez-vous nous parler des projets sur lesquels vous travaillez actuellement?

En tant que Stratège principale de la main d’œuvre à CCRJ, je travaille avec mes collègues stratèges de la main d’œuvre pour trouver des possibilités d'emploi, de formation, et d'éducation/apprentissage pour les jeunes de 18 à 29 ans à travers le Canada. Nous utilisons une double approche dans la recherche de partenariats entre employeurs, formation et éducation/apprentissage - nous recherchons des opportunités locales qui se situent là où vivent les jeunes et nous recherchons des opportunités nationales que les jeunes peuvent poursuivre virtuellement ou à distance, quel que soit leur lieu de résidence. 

 5. Pourquoi pensez-vous que cela est important dans le contexte canadien?  

Le panorama du marché du travail au Canada sont variés, certaines régions du pays offrant plus de possibilités aux jeunes que d'autres. En tant que stratèges de la main d’œuvre, nous ratissons large pour regrouper une grande variété de possibilités accessibles aux jeunes, quel que soit leur lieu de résidence. 

6. À quoi ressemble l'égalité des chances dans le développement de la main-d'œuvre des jeunes? 

Gagner sa vie est un besoin universel fondamental et chaque jeune devrait pouvoir obtenir un travail décent qui lui permette de satisfaire ses besoins matériels fondamentaux. Les jeunes devraient également pouvoir acquérir des aptitudes et des compétences dans des emplois/carrières significatifs qui les intéressent et être traité.e.s comme des membres précieux de la population active.

7. Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous impliquer dans le développement et l'emploi des jeunes?

Je m’intéresse depuis longtemps au soutien au niveau d'éducation et à l’emploi des jeunes qui vivent en périphérie de la société. De plus en plus, les jeunes sont exclu.e.s d'une économie qui ne fonctionne pas pour eux - des employeurs qui les perçoivent souvent comme n'étant pas assez « productifs/ves » aux descriptions de poste encyclopédiques pour un travail « de premier échelon » qui, en pratique, empêchent les jeunes d'entrer sur le marché du travail. Mon objectif est de travailler avec les jeunes pour les aider à comprendre les tendances actuelles et futures du marché du travail afin qu'ils/elles puissent aborder leurs recherches d'emploi en tant que demandeurs d'emploi mieux informées. 

8. Qu'espérez-vous apporter au secteur du développement de la main-d'œuvre/emploi des jeunes ? Comment espérez-vous faire bouger l'aiguille dans votre travail?

J'aimerais que les employeurs modifient leur perception des jeunes – qu'ils les considèrent comme des personnes qui peuvent apporter une valeur ajoutée aux organisations. Les jeunes ont des talents et des atouts qui les distinguent des autres groupes de travailleurs. En général, les jeunes peuvent penser à des idées d' ouverture d'esprit différentes » et sont plus enclins à prendre des risques et à essayer de nouvelles choses. En outre, la nature changeante des postes fait des jeunes des acteurs essentiels sur des marchés du travail en mutation. Les jeunes sont en grande partie des adeptes de la technologie et ont un aperçu des tendances - des compétences qui se prêtent bien à l'évolution vers le travail virtuel.

11. Quelles sont selon vous, certaines des implications (positives ou négatives) que cela aura sur le développement de la main-d'œuvre/de l'emploi des jeunes à l'avenir? 

La transition brutale vers le travail virtuel que de nombreuses entreprises et organisations ont dû faciliter, accélérée par la crise sanitaire COVID-19, a rendu un environnement du marché du travail déjà difficile beaucoup plus difficile à pénétrer pour les jeunes. Si les jeunes maîtrisent largement la technologie, le télétravail reste un défi pour beaucoup d'entre eux. Les jeunes risquent de perdre des expériences formatives en personne sur le lieu de travail et peuvent avoir du mal à développer et à améliorer leurs compétences interpersonnelles.

12. Quels sont les emplois les plus demandés à l'heure actuelle? Comment les jeunes peuvent-ils se préparer à ces opportunités d'emploi

C'est une question à laquelle il est difficile de répondre, mais je pense que les jeunes devraient se préparer à un environnement de marché du travail où le travail précaire est la norme. Bien que de nombreux emplois soient des emplois contractuels/à court terme, les jeunes devraient rechercher les emplois disponibles selon leurs conditions. Les jeunes doivent trouver des emplois qui ont un sens pour leur parcours professionnel et essayer de tirer le meilleur parti de ces rôles à court terme. Parfois, ces rôles à court terme peuvent se transformer en emploi à long terme!

13. Pouvez-vous nous faire part d'une organisation ou d'un programme dont vous pensez que les jeunes devraient être informées lors de la recherche d'emploi?

Je pense que les jeunes devraient vraiment faire appel aux agences locales pour l'emploi et que les étudiant.e.s, en particulier, devraient se familiariser avec les centres de carrière de leur faculté/université.

14. Que signifie impact pour vous? 

Je pense que le terme impact est souvent synonyme de l'idée d'obtenir des résultats immédiats dans des délais courts. Je pense que l'impact est subjectif et peut être perçu par les gens à la fois à court et à long terme - même les petits gestes et les procédures de travail (comme assister à une session de routine 1:1) peuvent être considérés par certains comme des interventions ayant un impact sur leur vie.

15. Parmi vos expériences précédentes de travail/bénévolat, quelles sont celles qui ont eu le plus d'impact sur votre travail aujourd'hui? 

Je pense que mon rôle d'organisatrice de campagne pour l'emploi des jeunes à la St. Stephen's Community House, une organisation multiservices de Toronto, m'a aidée à comprendre les problèmes liés à l'emploi des jeunes, du point de vue des jeunes, des employeurs et des agences pour l'emploi. Le fait de pouvoir comprendre ces perspectives m'a permis de coordonner et de mobiliser les parties prenantes autour d'une campagne visant à améliorer les programmes d'emploi des jeunes offerts par Emploi Ontario.   

16. Quelle expérience de travail ou de bénévolat a eu le plus grand impact sur votre travail au sein de l'équipe de réussite du CCRJ?  

Encore une fois, je dirais que mon rôle passé d'organisatrice de campagne pour l'emploi des jeunes m'a permis de comprendre les diverses perspectives des jeunes et des employeurs sur le développement de la main-d'œuvre jeune. Mes expériences passées dans le développement de documents stratégiques et de lobbying pour les jeunes, les employeurs et les gouvernements m'ont aidé lorsque j'ai co-développé des documents de sensibilisation des employeurs en tant que stratège de la main-d'œuvre du CCRJ.

17. Reconnaissant l'importance de construire un réseau communautaire, comment le mentorat vous a-t-il soutenue jusqu'à présent tout au long de votre propre développement professionnel?  

Je ne pense pas avoir eu de mentors dans ma vie, au sens traditionnel du terme; cependant, d'anciens employeurs et collègues m'ont envoyée des offres d'emploi et m'ont contactée, de temps en temps, pour savoir comment j'allais et où j'avais atterri.

9. Étant donné l'impact de la pandémie sur le marché du travail, quelles sont les techniques utiles que vous pouvez partager avec les jeunes qui cherchent du travail? 

  • Essayez d'être réaliste en ce qui concerne les emplois que vous pouvez trouver et occuper : Le passage au travail virtuel ne semble pas être temporaire, alors essayez de comprendre les changements des marchés du travail régionaux et nationaux et essayez de vous situer, ainsi que vos compétences, dans ce nouveau contexte de travail.

  • Demandez de l'aide pour votre recherche d'emploi, n'ayez pas peur de créer des réseaux et contactez les agences pour l'emploi lorsque vous cherchez du travail : Beaucoup de gens veulent vous aider et vous voir gagner ! Il faut juste être ouvert à travailler avec les autres. Je l'ai appris par l’expérience ☺

  • Faites de votre mieux pour vous remettre des émotions qui accompagnent la recherche d'un emploi: Il est décourageant de ne pas avoir de nouvelles des employeurs après avoir postulé à un emploi, et le nombre d'emplois précaires qui existent pourrait vous dissuader de poursuivre votre recherche d'emploi. Faites de votre mieux pour prendre du temps libre dans votre recherche d'emploi, quand vous en avez besoin, et rejoignez vos amis et vos proches quand vous vous sentez déprimé. Plus important encore, réalisez que la recherche d'un emploi et le chômage ne sont pas votre identité - la recherche d'un emploi ne doit pas vous submerger l'esprit ou diminuer votre estime de soi.

18. Existe-t-il un individu/une figure que vous admirez?  

Je pense beaucoup aux gens que j'ai rencontré tout au long de ma vie professionnelle, qu'il s'agisse de collègues ou de clients, qui ont vécu des expériences de déplacement et qui essaient de se créer des moyens de subsistance en marge.

19. Quel est le meilleur conseil que vous ayez jamais reçu? 

Il était important pour moi d'apprendre, qu'en tant qu'être humain, nous pouvons contrôler nos apports mais pas nos résultats. Ce concept me motive à faire de mon mieux pour accomplir mes tâches et à ne pas être obsédé par des résultats que je ne peux pas contrôler.
 

20. Pouvez-vous nous faire part de trois faits amusants vous concernant?

  •  Je suis l'actualité et j'aime interagir avec d'autres apprenants en langues, sur des sites d'échange linguistique, pour discuter de leurs réalités vécues dans leurs pays respectifs.

  • J'essaie d'améliorer mes compétences en français, donc j'interagis surtout avec des gens de pays francophones dont c’est la langue maternelle.

  • Je me considère comme une historienne du dimanche de la NBA et j'aime participer à des débats légers sur les joueurs qui sont dignes du Mont Rushmore.

10. Quelles sont les principales différences entre le coaching et le mentorat dans un cadre virtuel et en personne? ​

Parfois, il est plus difficile de discerner et de comprendre les indices visuels et les gestes lors des séances de coaching virtuel - ces nuances qui animent la conversation humaine sont plus difficiles à remarquer lorsque vous êtes en ligne.

L'avantage du coaching virtuel, cependant, est que la nature virtuelle des sessions les rend facilement accessibles aux clients. Par exemple, certains clients se heurtent à des obstacles pour assister à plusieurs séances en personne en raison des frais de transport.

21. Pouvez-vous partager un objectif que vous avez pour 2021? 

En général, j'essaie de faire preuve de résilience, c'est-à-dire d'accepter que ma vie change et que mes projets ne se réalisent pas, tout en restant lucide dans la poursuite de mes objectifs futurs.