• Admin

Impact Covid: Walking through the effects on Youth in 'Youthful' Industries

Mis à jour : 7 oct. 2020


Le français suit***


The Canadian economy for youth is structured in such a way, that the largest most significant employers of 15 -24 year olds are most often NOT the sectors of the economy that employ the most Canadians.   The top three youth employing sectors also rank amongst lowest paying sectors, requiring no minimum level of educational attainment (in general), i.e. they do not require specific skill sets.  Further, the same top three youth employing sectors are significant in their dependence on temporary workers AND temporary young workers in contrast to the other sectors that did not notably employ youth.  


The above is important because stemming from it, are the differences in the extent of ‘absorptive cushioning’ employees or workers possess in the face of economic changes or shocks, the most recent being the COVID-19 crisis. Employment Insurance (EI) is often the formal ‘cushion’ or shock absorber that workers have in the face of layoffs, temporary or otherwise, dismissal or firm closures. However, wages need to be high enough and continuous or secure enough, with employer contributions to qualify for the cushioning that EI provides. If workers are increasingly hired on a temporary basis, they do not meet most (often any) of those requirements for possessing any sort of ‘cushion’.  


For youth workers, the lack of ‘cushioning’ is pronounced – because they are mostly to be found in the lowest paying, least secure sectors, often in a casual or temporary capacity.  Their eligibility for EI is noticeably lower than the average employee, even in those very low EI eligibility sectors. The COVID crisis has dealt an economic blow to employment for all but has affected youth more adversely than the norm. 


The Government of Canada has laudably instituted two programs, the Canada Emergency Response Benefit (CERB) and the Canada Emergency Student Benefit (CESB), serving as cushions to the multitudes who did not qualify for EI, amongst other beneficiaries. The CESB is tailored for youth, 15-24 year olds, who are more likely not eligible for EI. The programs have been hastily put together and there appear to be loopholes according to some analysis conducted by the Canadian Centre for Policy Alternatives. However, for the most part, these have cushioned the blows that the COVID crisis has dealt to employment in general, and youth employment in particular.  


Once the dust settles and the Great Reopening begins, that is when further mitigation and advocacy on behalf of youth from these standpoints: youth employment opportunities, youth wages, youth working status/conditions and a safety net that covers youth adequately, must be well underway.  That is where our energies will lie.


Read the full report.



Impact Covid: État des lieux des repercussions sur les jeunes dans les industries « jeunesse »


L'économie canadienne pour les jeunes est structurée de telle sorte que les employeurs les plus importants des 15-24 ans ne sont PAS le plus souvent les secteurs de l'économie qui emploient le plus de Canadien(ne)s. Les trois principaux secteurs d'emploi visant les jeunes se classent également parmi les secteurs les moins rémunérés, n'exigeant pas de niveau de scolarité minimum (en général), c'est-à-dire n'ayant pas besoin de compétences spécifiques.  En outre, les trois premiers secteurs d'emploi visant les jeunes sont remarquables dans leur dépendance à l'égard des travailleurs temporaires ET des jeunes travailleurs temporaires, contrairement aux autres secteurs qui n'emploient pas particulièrement les jeunes.   


Ce qui précède est important parce cela explique les différences dans la capacité de «coussin d'amortissement» que possèdent les employés ou les travailleurs face aux changements ou aux chocs économiques, le plus récent étant la crise de la COVID-19.  L'assurance-emploi (AE) est souvent le «coussin» formel que les travailleurs ont en cas de licenciements, temporaires ou autres, de mise à pied ou de fermetures d'entreprises. Toutefois, les salaires doivent être suffisamment élevés et continus ou suffisamment sûrs, pour que les cotisations de l'employeur couvrent les droits à l'amortissement que procure l'AE. Si les travailleurs sont de plus en plus embauchés à titre temporaire, ils ne répondent pas à la plupart (et même souvent à aucune) des exigences qui permettent d'accèder quelque sorte de «coussin» que ce soit.  


Pour les jeunes travailleurs, ce manque « d'amortissement » est aggravé — parce qu'ils se trouvent principalement dans les secteurs les moins rémunérés et les moins sûrs, souvent à titre occasionnel ou temporaire.  Leur admissibilité à l'AE est nettement inférieure à celle de l'employé moyen, même dans ces secteurs dont l'admissibilité à l'AE est très faible.   


La crise de la COVID a porté un coup économique à l'emploi pour tous, mais a affecté les jeunes encore plus défavorablement que la moyenne. 


Il faut reconnaitre au gouvernement du Canada le mérite d'avoir mis en place deux programmes, la Prestation canadienne d'urgence (PCU) et la Prestation canadienne d'urgence pour étudiants (PCUE), qui servent d'amortissement aux nombreuses personnes qui n'étaient pas admissibles à l'AE.  La PCUE est conçue pour les jeunes de 15 à 24 ans qui sont les plus susceptibles de ne pas être admissibles à l'AE. Les programmes ont été élaborés à la hâte et il semble y avoir des lacunes selon certaines analyses effectuées par le Centre Canadien de Politiques Alternatives. Cependant, dans la plupart des cas, elles ont amorti les coups que la crise de la COVID a infligé à l'emploi en général et à l'emploi des jeunes en particulier.  


Une fois que les choses seront un peu rentrées dans l'ordre et que commencera la Grande Réouverture, c'est là que d'autres mesures d'atténuation et de plaidoyer en faveur des jeunes doivent être bien amorcées sur les thèmes des possibilités d'emploi des jeunes, des salaires des jeunes, du statut et des conditions de travail des jeunes et d'un filet de sécurité qui couvre adéquatement les jeunes.  C'est là que nos énergies doivent se concentrer.


Lire le rapport complet.


189 vues0 commentaire

416-989-6278

1-220 Taunton Rd E Box 40010, Whitby, ON, L1R 3H5

Addresse Postale:

1527 Victoria Park Ave 2nd Fl Hub/CCYP, Toronto, ON, M1L 2T3

Addresse:

© Conseil canadien pour la réussite des jeunes, 2019. Tous droits réservés.  Politique de confidentialité 
Site web par Greyscale